Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil > IFMEM > Métiers > Médecine Nucléaire
IFMEM
 

  LA MÉDECINE NUCLÉAIRE  


  Historique  

La médecine nucléaire est une spécialité médicale qui a connu de nombreuses évolutions :
  En 1937, premières mesures de fixation de l'iode par la thyroïde
  En 1951, invention du scintigraphe
  En 1961, découverte de la tomographie d'émission


  Principe  

Elle regroupe l'ensemble des méthodes diagnostiques et thérapeutiques, et consiste à utiliser des sources radioactives non scellées.
L'examen va consister à administrer une substance radioactive dans l'organisme du patient (par voie intraveineuse, sous cutanée, par inhalation ou par voie orale). Les molécules contenues dans cette substance vont ainsi se fixer sur un organe (Ex : reins...), sur des glandes (Ex : thyroïde) et aussi sur les parties osseuses de l'organisme, en émettant un rayonnement qui sera capté par des caméras disposées autour du patient.
Cela permettra d'apprécier le fonctionnement d'un organe, mais aussi par exemple la recherche de métastases.

Un petit mot sur la TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) :
C'est un examen dont l'introduction dans le domaine du diagnostic clinique est récente.
Son principal intérêt est de permettre la recherche de métastases dans le bilan et le suivi après traitement de certains cancers.
La TEP permet d'obtenir des images du corps entier en visualisant la fixation du 18 FDG ( Fluorodésoxyglucose) dans l'organisme.
La TEP peut être associée au scanner on parlera alors du TEP SCAN , ainsi les images du scanner seront couplées à celles de la TEP.


  Rôle du manipulateur  

Le manipulateur aura pour rôle d'accueillir le patient, de le positionner correctement, de répondre à ses interrogations et de lui expliquer le déroulement de l'examen.
Il devra également lui injecter la substance radioactive, en ayant auparavant calculé précisément la dose et le volume (en fonction du poids du patient et de la décroissance radio-active du produit).
Il est également responsable de la réalisation d'images de bonne qualité et du bon fonctionnement des caméras.
Pour la TEP : Le 18 FDG se comportant comme un analogue du glucose il est indispensable avant chaque examen de mesurer le taux de glycémie. De plus les muscles consommant du glucose, et par conséquent du 18 FDG, il faudra respecter un repos musculaire du patient et conforter cet état par la prise d'un benzodiazépine anxiolytique.
Pour le TEP SCAN la préparation est la même que pour la TEP mais le patient devra en plus boire un produit de contraste qui permettra d'opacifier les organes digestifs.