Vous êtes ici : Ignorer les liens de navigationAccueil > IFAS > Métiers
IFAS
 

METIER

Historique :

 

 

       Le grade d’aide-soignant, apparu dans la fonction publique en 1949, est né de l’impératif d’hygiène requis par le fonctionnement hospitalier et de l’incapacité pour les patients d'assumer seuls leurs besoins élémentaires (se laver, se nourrir, se lever…).

       Cette fonction est aussi une conséquence du processus de professionnalisation des infirmières (diplôme créé en 1946) dans le cadre d’une division du travail qui s’est complexifiée au sein du système hospitalier.
       En 1956, la fonction aide-soignante a alors fait l’objet d’une première qualification : le CAFAS (Certificat d’aptitudes aux fonctions d’aide-soignant), obtenu après une formation théorique de 40 heures.

       Les formations et certifications aides-soignantes ont ensuite évolué en plusieurs étapes :

          1971 : Instauration de conditions d’admission et d’un programme en 10 mois de formation,
          1982 : Programme de 350 heures de formation et 24 semaines de stage,
          1994 : Programme de 630 heures et 28 semaines de stage,
          1996 : Le CAFAS est remplacé par le DPAS (Diplôme Professionnel d’Aide-Soignant),
          2004 : Programme instituant des stages de 140 heures,

       Arrêté du 22 octobre 2005, relatif à la formation conduisant au diplôme d’aide-soignant et Arrêté du 25 Janvier 2005, relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience pour l’obtention du diplôme d’AS : Référentiel de formation mis en œuvre actuellement.

       2007 : Le DPAS est remplacé par le DEAS (Diplôme d’Etat d’AS).

 
Définition dU METIER :

 

 

 

        « L’aide-soignant exerce son activité sous la responsabilité de l’infirmier, dans le cadre du rôle dévolu à celui-ci, conformément aux articles R. 4311-3 à R. 4311-5 du Code de la santé publique.

       L’aide-soignant réalise des soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution de l’autonomie de la personne ou d’un groupe de personnes.
       Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins
. L’aide-soignant accompagne cette personne dans les activités de sa vie quotidienne, il contribue à son bien-être et à lui faire recouvrer, dans la mesure du possible, son autonomie.

       Travaillant le plus souvent dans une équipe pluri professionnelle, en milieu hospitalier ou extra hospitalier, l’aide-soignant participe, dans la mesure de ses compétences, et dans le cadre de son formation, aux soins infirmiers préventifs, curatifs ou palliatifs.
      
Ces soins ont pour objet de promouvoir, protéger, maintenir et restaurer la santé de la personne, dans le respect de ses droits et de sa dignité »*.

 

*Définition du métier – En référence à l’Annexe I du référentiel de formation – Arrêté du 22 octobre 2005.

 

 

QUELQues chiffres (Extraits Article Études & résultats – DREES – Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, juillet 2015) :

 

       . Le nombre d’aides-soignants nouvellement diplômés croit régulièrement chaque année depuis les années 2000 (Environ le double de diplômés entre 2000 et 2012).

       . Malgré cette augmentation, leur insertion professionnelle est propice : 80 % des diplômés exercent leur 1er emploi dans le mois suivant l’obtention de leur diplôme.

       . 2 tiers des aides-soignants ont un emploi stable, 3 ans après leur formation.

       . Salaire net équivalent temps plein : 1550 euros/mois en moyenne.


Débouchés :

 

. Etablissements hospitaliers (Services de soins généraux, soins spécialisés, soins de suite et de réadaptation…).

. Structures médico-sociales (Hébergement pour personnes âgées (EHPAD) ou personnes handicapées (MAS, Fam…), Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD).

 

 

EVOLUTION DE CARRIERE et PASSERELLE :

 

. Profession INFIRMIERE

. Profession AUXILIAIRE DE PUERICULTURE